~ QUELQUES PARCELLES DE PALÉOLITHIQUE ~

Le Solutréen : une culture de chasseurs paléolithiques du dernier maximum glaciaire, il y a 20 000 ans.


    GÉNÉRALITÉS.

    Partagez
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1529
    Date d'inscription : 22/09/2015

    GÉNÉRALITÉS.

    Message par Danelle le Jeu 12 Nov - 13:18

    GÉNÉRALITÉS.




    "Au cours du Pléistocène, les moyens techniques à la disposition des hommes étaient encore rudimentaires, ce qui les conduisait à subir les contraintes environnementales presque aussi fortement que les autres êtres vivants. Ainsi, les hommes paléolithiques ont pu avoir certains comportements en commun avec les autres grands mammifères, notamment ceux, « naturels », qui viennent en réponse aux changements environnementaux, comme la mobilité géographique" (F. Delpech, La mobilité chez les ongulés du Pléistocène supérieur européen : un modèle pour la mobilité des hommes ?, 130ème Congrès du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2005).


    « Toutes les sociétés humaines communiquent avec leurs voisines, même ennemies ; elles échangent des produits, des idées, des gènes. »

    P.-Y.Demars, La structuration de l'espace chez les chasseurs-cueilleurs au Paléolithique supérieur, Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, 2001.)








    .


    Dernière édition par Danelle le Jeu 24 Mar - 21:54, édité 2 fois
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1529
    Date d'inscription : 22/09/2015

    Re: GÉNÉRALITÉS.

    Message par Danelle le Jeu 12 Nov - 19:26

    LE PALÉOLITHIQUE SUPÉRIEUR.





    Le Paléolithique supérieur en Europe se situe entre 35 000 et 10 000 ans BP.

    Cette période recouvre la dernière période glaciaire et marque l'apparition de l'homme moderne homo sapiens.





    CHRONOLOGIE DU PALÉOLITHIQUE SUPÉRIEUR EN EUROPE :


    Plus de détails ICI.


    .
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1529
    Date d'inscription : 22/09/2015

    Re: GÉNÉRALITÉS.

    Message par Danelle le Jeu 12 Nov - 20:04

    DÉFINITIONS.



    ► Territoire (n.m.) :

     
    Étymologie :

    LAROUSSE, Dictionnaire étymologique et historique du français (2000) :

    du latin terratorium, de terra : terre.



    Définitions :



    Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales :

    1278 : « étendue de pays formant une circonscription politique. »



    QUILLET, Dictionnaire Encyclopédique (1949) :

    « Étendue de terre qui dépend d'un État, d'une seigneurie, d'une province, d'une juridiction, etc... »



    LAROUSSE, Le petit LAROUSSE illustré (2009) :

    « - Étendue de terre dépendant d'un État, d'une ville, d'une juridiction, etc.
    - Espace délimité par un animal ou une famille d'animaux, considéré comme habitat privilégié et défendu contre l'intrusion de congénères. »





    « Espace délimité par un individu, ou un groupe d'individus, considéré comme habitat privilégié et dont il se réserve l'usage. »





    Ce terme imprécis recouvre de nombreuses notions selon que l'on considère des animaux ou des États-nations, mais il garde une constante : il suppose une étroite relation entre des êtres vivants, et plus particulièrement des sociétés, et un espace plus ou moins vaste, aux limites plus ou moins définies.
    → En premier lieu, c'est par l'appropriation des ressources qu'une société paléolithique constitue en territoire l'espace qu'elle occupe.



    Pour les chasseurs-cueilleurs du Paléolithique supérieur, nomades par définition, la notion de territoire inclue une idée de mobilité, de déplacements.




    ► Déplacement (n.m.) :


    Étymologie :

    — de l'ancien français desplacer



    Définitions :


     « Action de se déplacer, d'aller d'un lieu à un autre. »





    • Au Paléolithique, ces déplacements sont autant d'occasions d'entrer en contact avec d'autres groupes et de réaliser des échanges avec ces groupes.



    On peut distinguer deux types de déplacements :

    les déplacements logistiques, qui concernent les mouvements d'un individu ou d'un petit groupe d'individus dans un but précis (chasse, recherche de matières première), avec retour au camp résidentiel.
    les déplacements résidentiels : le groupe entier se déplace d'un campement à un autre.



    En premier lieu, les déplacements sont fonction des ressources, alimentaires ou de matières premières. Là encore, on peut distinguer deux types de comportements :
    déplacements à l'endroit où se trouve la nourriture : la zone exploitée à partir du camp résidentiel est restreinte, et dès que les ressources commencent à s'appauvrir, le groupe entier va s'installer dans une autre zone, donc les mouvements résidentiels sont très fréquents ;
    installation du camp résidentiel à un endroit clef qui n'est pas forcément à proximité immédiate des lieux d'approvisionnement : par la mise en œuvre de mouvements logistiques, le territoire exploité à partir du camp de base est très étendu, et il en résulte des mouvements résidentiels plus rares, voire uniquement saisonniers.



    Néanmoins, les indices de déplacements des hommes au Paléolithique supérieur sont ténus et souvent ambigus, en raison du caractère parcellaire de la documentation archéologique, qui se résume à l'étude des sites d'habitat.

    Ces témoins de déplacement peuvent être classés en deux grandes catégories :

    les témoins géographiques : ceux dont le lieu d'origine est connu ;

    les témoins de temps : ceux qui fournissent des informations d'ordre chronologique par rapport à l'occupation du site.







    Bilan :


    Un territoire paléolithique est "un espace où s'inscrit le cycle spatio-temporel d'un groupe de chasseurs-cueilleurs, notamment à travers ses mouvements et l'exploitation des ressources qu'il contient"

    (Demars, La structuration de l'espace chez les chasseurs-cueilleurs du Paléolithique supérieur dans le Nord de l'Aquitaine, 2001).





    .
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1529
    Date d'inscription : 22/09/2015

    Re: GÉNÉRALITÉS.

    Message par Danelle le Ven 13 Nov - 8:17

    Les différents types d'habitat au Paléolithique supérieur.






    Pour l'archéologue, l'habitat est une zone plus ou moins organisée, et plus ou moins permanente, où ont vécu des hommes.






    D'une façon générale, on peut dire que l'habitat au Paléolithique supérieur :


    • est un habitat plutôt provisoire : les paléolithiques sont des chasseurs-cueilleurs nomades qui se déplacent en fonction de la disponibilité des ressources.


    • peut être qualifié, en fonction du milieu choisi pour l'installation, d'habitat de plein-air ou bien d'habitat en abri-sous-roche / en grotte : les paléolithiques s'adaptent au relief et au climat. Dans les régions où il existe des abris rocheux ou des grottes, les hommes ont profité de cette protection naturelle, et les eux types d'habitat ont pu coexister. Néanmoins, les installations en plein-air sont plus difficiles à retrouver, car le plus souvent mal conservées en raison de leur exposition aux intempéries.


    • avait des fonction différentes selon la durée d'occupation : habitats de longue durée (ou camps résidentiels de base), campements temporaires saisonniers (ou campements secondaires), haltes de chasse (ou bivouacs).






    Plus de détails :
    Définitions / Généralités sur l'Habitat.
    Reconstitutions d'habitats paléolithiques.


    .
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1529
    Date d'inscription : 22/09/2015

    Re: GÉNÉRALITÉS.

    Message par Danelle le Lun 11 Avr - 12:29


    Contenu sponsorisé

    Re: GÉNÉRALITÉS.

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 15 Déc - 3:40