~ QUELQUES PARCELLES DE PALÉOLITHIQUE ~

Le Solutréen : une culture de chasseurs paléolithiques du dernier maximum glaciaire, il y a 20 000 ans.


    2.2.4. RENSEIGNEMENTS SUR LA SAISONNALITÉ D'OCCUPATION DES SITES.

    Partagez
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1449
    Date d'inscription : 22/09/2015

    2.2.4. RENSEIGNEMENTS SUR LA SAISONNALITÉ D'OCCUPATION DES SITES.

    Message par Danelle le Lun 15 Fév - 8:27

    RENSEIGNEMENTS SUR LA SAISONNALITÉ D'OCCUPATION DES SITES.



    Le principal intérêt de l'étude de la saisonnalité à partir des ossements retrouvés sur un site d'habitation paléolithique est de différentier :
    ► les sites à occupation permanente
    ► des sites à occupation ponctuelle dans l'année.

    Il faut toutefois souligner les limites de l'interprétation, en effet, il est délicat de différentier une occupation de longue durée de multiples occupations de courtes durées.





    → Présence ou absence de bois de cervidés, leur nature (bois de mâles, de femelles, bois de chute ou de massacre).
    → Analyse des dents.










    .


    Dernière édition par Danelle le Mer 2 Mar - 8:05, édité 3 fois
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1449
    Date d'inscription : 22/09/2015

    Re: 2.2.4. RENSEIGNEMENTS SUR LA SAISONNALITÉ D'OCCUPATION DES SITES.

    Message par Danelle le Lun 15 Fév - 11:33

    PRINCIPE DE LA DÉTERMINATION DE LA SAISONNALITÉ D'OCCUPATION D'UN SITE.






    ► Présence ou absence de bois de cervidés, leur nature (bois de mâles, de femelles, bois de chute ou de massacre) :



    Le bois de renne a constitué l’une des matières premières majeures exploitées par les populations paléolithiques en Europe.

    Or, le renne (Rangifer tarandus) appartient à la famille des Cervidés, définie par la présence de bois, protubérances crâniennes osseuses annuellement caduques. Il est le seul cervidé chez qui les femelles, comme les mâles, portent des bois, mais ceux du mâles sont plus développés. Les bois tombent chaque année et repoussent pour atteindre leur maximum de développement au moment du rut. La croissance des bois, qui commence au printemps, se développe de façon continue sur une année.  
    Une ramure se compose de deux bois dont le poids peut dépasser la dizaine de kilos chez un mâle adulte pour quelques kilos seulement chez la femelle.


    Nomenclature descriptive des différentes parties d’un bois de renne.
    in Aline Averbouh, « Recherches autour des critères d’identification sexuelle des bois de renne », Les nouvelles de l'archéologie, n° 141, 2015.


    Ils connaissent un cycle de développement annuel s’achevant par leur chute.


    "Chez les mâles adultes la croissance des bois débute vers la fin de l’hiver/début du printemps pour s’achever après le rut, au début de l’hiver suivant.
    Les bois des femelles entament leur pousse au début de l’été pour s’achever au printemps, après la mise bas en cas de gestation.

    Chez les individus adultes en bonne santé, la croissance des bois est rapide (environ 4 mois) offrant ainsi une matière première de bonne qualité plusieurs semaines avant leur chute ; cela a parfois conduit les groupes préhistoriques à exploiter des bois de massacre, même si leur choix s’est porté de façon très majoritaire sur les bois de chute" (Aline Averbouh, 2015).
    Ainsi, l'étude des bois de rennes permet de déterminer, de façon approximative, l'âge de l'animal lors de son abattage, et donc la saison de l'abattage.







    ► Analyse des dents.


    • L'éruption des dents et leur degrés d'usure
    (dents de lait / dents définitives) permet d'estimer l'âge des animaux chassés.

    "Les dents sont les restes squelettiques les plus résistants aux ravages du temps et sont communes dans les assemblages archéologiques. La séquence chronologique de la sortie des lactéales puis des définitives est connue pour un grand nombre d’espèces et peut être utilisée pour estimer l’âge d’un individu, à quelques mois près parfois, et donc la saison de mort lorsque la date de naissance est clairement fixée. L’usure continuelle des dents actives est également un processus corrélé avec l’âge. Sous certaines conditions et à partir de variables comme la hauteur dentaire ou l’aspect changeant de la table occlusale, cette relation peut être modélisée de façon à obtenir des estimations de l’âge suffisamment précises pour être situées dans le cycle annuel" (Gourichon, 2004).
               
                   
                       
    Exemple : dentition du Cheval en fonction de l'âge.
    A l’âge adulte, le cheval mâle a 40 dents et 36 dents pour la jument. Les dents poussent continuellement de 4 à 5 mm par an jusqu’à environ 12 ans.








    Cependant, cette détermination n'est en fait réellement fiable que pour les tous premiers mois qui suivent la naissance, l'âge est ensuite évalué là encore de façon approximative : en effet, cette technique présente des inconvénients inévitables comme la variabilité parfois importante de la vitesse d’usure chez une même espèce selon l’origine géographique des populations, ou la définition subjective de certains critères descriptifs.
       
        
        
        
        
      
    • La cémentochronologie est l'étude des anneaux de cément des dents.


    Le cément, qui est moins minéralisé que la dentine et l’émail (majoritaires de la dent), est une forme particulière de tissu conjonctif calcifié . Sa distribution est variable mais il est normalement présent sur les racines dentaires de tous les mammifères.
    La fabrication du cément est continue toute la vie de l'animal, mais présente des différences histologiques selon la saison : ce phénomène d’alternance coïncide généralement avec le rythme des saisons, ou du moins avec un cycle annuel (même si des perturbations occasionnelles, comme des maladies par exemple, peuvent modifier la cémentogénèse).

    Ainsi, le nombre de couches de cément permet de déterminer l'âge de l'animal, et la dernière couche de cément à s’être déposée permet de connaître la saison durant laquelle l’animal est mort.

    → La Cémentochronologie est une méthode de plus en plus utilisée pour reconstituer la saisonnalité de prédation des animaux présents sur les sites archéologiques.
    .


    Dernière édition par Danelle le Ven 8 Avr - 21:16, édité 1 fois
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1449
    Date d'inscription : 22/09/2015

    Re: 2.2.4. RENSEIGNEMENTS SUR LA SAISONNALITÉ D'OCCUPATION DES SITES.

    Message par Danelle le Mer 17 Fév - 22:03

    EXEMPLE DU BADEGOULIEN ET DU MAGDALÉNIEN MOYEN DANS L'AUDE ET L'ARIÈGE.



    D'après Fontana (L.), 2001 : Territoires, mobilité et échanges au Magdalénien dans l'Aude et le Massif Central : approche comparative, modélisation et perspectives.

    in : JAUBERT (J.), BARBAZA (M.), Territoires, déplacements, mobilité, échanges durant la Préhistoire. Terres et hommes du Sud, Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, 126è, Toulouse, 2001.


    L'auteur s'est penchée sur les sites badegouliens et magdaléniens de l'Aude, des Pyrénées orientales et de l'Ariège.





    ► Au Badegoulien et au Magdalénien moyen, l'espèce chassée préférentiellement est le Renne, particulièrement dans les sites situés dans la Montagne Noire au nord où ses ossements sont systématiquement majoritaires.
    Le cas de Gazel est particulier, puisque "le Lièvre variable représente plus de la moitié des animaux abattus (en nombre d'individus)".

    Plus au sud, le Renne reste fortement représenté, même si ses restes représentent à peine un tiers des individus abattus, à parts égales avec le Bouquetin.


    Espèces présentes dans les sites du bassin de l'Aude (d'après Fontana, 2001).



    Répartition des espèces chassées dans les sites badegouliens et magdaléniens de l'Aude (d'après Fontana, 2001).




    ► L'analyse des différentes parties de squelette présentes sur les sites et des traces de découpe ont montré que "les gibiers étaient apportés entiers sur les sites, ce qui traduit la proximité des lieux de chasse". Toutes les opérations de traitement des carcasses se déroulaient sur les sites.






    Les études de saisonnalité de ces sites montrent que les sites de la Montagne Noire étaient occupés durant la fin de l'automne, l'hiver et le début du printemps. Au contraire, le site pyrénéen des Conques semble avoir été occupé en été.




    Synthèse des données de saisonnalité des sites magdaléniens audois et ariégeois, d'après Fontana (2001).



    Au Badegoulien et au Magdalénien moyen, les sites de la Montagne Noire présentent les caractéristiques des sites résidentiels d'hiver. Dans cette zone géographique, aucun autre type de site n'a été retrouvé, une seule partie du cycle annuel de nomadisme est donc représentée.


    L. Fontana propose deux explications possibles :

    → hypothèse 1 : durant l'été, les communautés ont pu se disperser en petits groupes beaucoup plus mobiles, les campements laissant dans ce cas des traces plus fugaces et non retrouvées à ce jour.

    → hypothèse 2 : pendant la belle saison, tout le groupe a émigré vers une autre région. On peut par exemple envisager que ces hommes passaient la belle saison en Ariège, où certains sites (comme Les Conques par exemple, cf Tableau) ont été occupés en été.


    .
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1449
    Date d'inscription : 22/09/2015

    Re: 2.2.4. RENSEIGNEMENTS SUR LA SAISONNALITÉ D'OCCUPATION DES SITES.

    Message par Danelle le Mer 2 Mar - 8:03

    EXEMPLE DE L'AURIGNACIEN DE LA GROTTE DES ABEILLES (HAUTE-GARONNE).



    D'après SOULIER M.-C., 2014 : L’exploitation alimentaire et technique du gibier au début du Paléolithique supérieur aux Abeilles (Haute-Garonne, France).

    in : Paleo, n°25, 2014.



    PRÉSENTATION DU SITE.

    La grotte des Abeilles est située dans le massif calcaire de Lespugue-Montmaurin en Haute-Garonne. Si le gisement s’inscrit dans un environnement de faibles altitudes et de reliefs collinaires, la grotte s’ouvre toutefois dans les reliefs abrupts des gorges de la Seygouade. La grotte est orientée sud-ouest et correspond à une galerie qui se subdivise en deux salles.
    Fouillée entre 1945 et 1951, elle a livré des niveaux archéologiques documentant notamment les premières phases du Paléolithique supérieur en Europe. Ces séries, attribuées au Protoaurignacien et à l’Aurignacien ancien, se composent de plusieurs restes humains, d’un abondant matériel lithique et de nombreux vestiges fauniques dont certains ont été transformés en outils et en éléments de parure.


        

      
    a) Localisation du gisement des Abeilles
    et b) plan de la grotte avec carroyage de la zone fouillée (modifié d’après Laplace et al. 2006). Le second sondage est matérialisé en grisé.

      
      
      

    ÂGE, SEXE ET SAISON D'ABATTAGE.


    Les restes dentaires récoltés dans l’ensemble attribué au Protoaurignacien témoignent de la présence de toutes les classes d’âge pour le Renne, le Cheval et les Bovinés. Sur la base des canines, deux chevaux mâles seraient présents dans l’ensemble attribué au Protoaurignacien. Des os de fœtus signalent la présence de quatre juments ; les dimensions de ces os indiquent qu’elles auraient été abattues entre début octobre et mi-décembre. Un os de fœtus de Renne signale la présence d’une femelle dont la saison de mort se situerait entre janvier et mars. L’usure d’une dent déciduale témoigne de la mort d’un jeune renne entre les mois d’août et novembre.

    Les profils de mortalité du niveau attribué à l’Aurignacien ancien attestent également de toutes les classes d’âge. Le profil des Bovinés témoigne d’une surreprésentation des individus dans la force de l’âge par rapport aux autres classes. Les dimensions d’un os de fœtus signalent l’abattage d’une femelle boviné gravide en décembre-janvier. Un poulain aurait été abattu entre octobre et mars. Une jument aurait été capturée en novembre et une autre entre janvier et mars.
      
      
      

      
    a) Profils de mortalité
    et b) indices de saisonnalité des rennes, chevaux et bovinés aux Abeilles.



    .
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1449
    Date d'inscription : 22/09/2015

    Re: 2.2.4. RENSEIGNEMENTS SUR LA SAISONNALITÉ D'OCCUPATION DES SITES.

    Message par Danelle le Lun 11 Avr - 22:42


    Contenu sponsorisé

    Re: 2.2.4. RENSEIGNEMENTS SUR LA SAISONNALITÉ D'OCCUPATION DES SITES.

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 24 Juin - 19:23