~ QUELQUES PARCELLES DE PALÉOLITHIQUE ~

Le Solutréen : une culture de chasseurs paléolithiques du dernier maximum glaciaire, il y a 20 000 ans.


    3.2.5. EXEMPLE DES SIGNES DITS « DU PLACARD ».

    Partagez
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1529
    Date d'inscription : 22/09/2015

    3.2.5. EXEMPLE DES SIGNES DITS « DU PLACARD ».

    Message par Danelle le Lun 21 Mar - 22:41

    EXEMPLE DES SIGNES DITS « DU PLACARD ».


    D'après CLOTTES (J.), DUPORT (L.), FERRUGLIO (V.), 1990 : Les signes du Placard.
    in Bulletin de la société préhistorique Ariège-Pyrénées, XLV, 1990, pp15-49.

    Et CLOTTES (J.), DUPORT (L.), FERRUGLIO (V.), 1991 : Derniers éléments sur les signes du Placard.
    in Bulletin de la Société préhistorique Ariège-Pyrénées, XLVI, 1991, pp 119-132.

    Et CLOTTES (J.), DUPORT (L.), FERRUGLIO (V.), LE GUILLOU (Y.), 2010 : La grotte du Placard à Vilhonneur (Charente).
    in Préhistoire entre Vienne et Charente, Hommes et sociétés du Paléolithique.





    ► PRÉSENTATION DE LA GROTTE DU PLACARD.


    Voir : L'art rupestre de la grotte du Placard.


    Appelée "grotte à Rochebertier" par Fermond qui la découvre en 1864 (car un château portant ce nom se trouve à proximité), la grotte du Placard, site classé monument historique, est située sur la rive droite de la Tardoire, à 13 kilomètres en amont de La Rochefoucauld.





    Creusée dans une falaise de calcaire, la grotte s'ouvre à 17 mètres au dessus du niveau de la rivière par un vaste porche donnant accès à une salle de 25 mètres de long sur 10 de large à l'entrée. Elle est elle-même prolongée à droite par deux diverticules étroits, et à gauche par une galerie plus importante.
                  
    La fouille de la grotte, commencée en 1864 par J.L. Fermond, puis reprise en 1878 par A. de Maret, se poursuit jusqu'au XXe siècle. A la suite de fouilles clandestines (1986), Duport reprend les fouilles, et la découverte en 1988 de panneaux ornés a entrainé l'ouverture d'une campagne de sauvetage par J. Clottes, L. Duport et V. Feruglio.
                    
    Ces dernières fouilles ont montré qu'une "grande partie des parois de la grotte était ornée". Ont été retrouvées des "gravures (surtout sur la paroi sud) et quelques peintures rouges en divers points où la surface pariétale était conservée. La mauvaise qualité du calcaire et son exposition aux éléments sont malheureusement la cause de destructions massives : des dizaines de mètres carrés de paroi gravée ont été détruits par le gel et se sont effondrés. Le lavage systématique des pierres extraites des anciens déblais a fait retrouver de nombreux morceaux de ce puzzle très dispersé et incomplet. Au total, 625 pierres gravées ont été récoltées. La plupart proviennent des effondrements des parois ornées, mais certaines, gravées sur les deux faces, sont de véritables plaques ou plaquettes, c'est-à-dire des objets d'art mobilier" (Clottes, Duport, Ferruglio, le Guillou, 2010).
       
      
      
     
    ► LES SIGNES DITS DU PLACARD.

    "Dans l'art solutréen du Placard, les chevaux dominent largement. Ils sont accompagnés de représentations d'aurochs, de bouquetins et de rennes. Certains signes présentent un grand intérêt. Il s'agit d'une douzaine de figures géométriques typées, comprenant une épaisse barre transversale surmontée d'une sorte de cheminée au centre et prolongée vers le bas, à chaque extrémité, par une excroissance oblique" (Clottes, Duport, Ferruglio, le Guillou, 2010).
    Ces signes sont représentés par des gravures et des peintures rouges.




    in CLOTTES (J.), DUPORT (L.), FERRUGLIO (V.), 1990.




    in CLOTTES (J.), DUPORT (L.), FERRUGLIO (V.), 1990.




    "La datation de l'ensemble pariétal, grâce à la présence d'un morceau de paroi ornée entre deux couches du Solutréen supérieur, est un fait exceptionnel. Il l'est d'autant plus qu'il s'agit du Solutréen et que les seules gravures fines solutréennes bien datées, jusqu'à présent, étaient celles de grottes ardéchoises, à l'autre bout de la France.
    Les signes de type Placard, nombreux et caractéristiques, jusqu'ici seulement connus à Pech-Merle et à Cougnac, possèdent maintenant un état civil certain" (Clottes, Duport, Ferruglio, 1990). L'attribution des signes du Placard au Solutréen a été confirmée par une datation au Carbone14 (19.970 BP +/- 250) par H. Valladas, pour un os brûlé trouvé dans un placage et conservé bien en place au creux d'une anfractuosité de la paroi ornée.


    in CLOTTES (J.), DUPORT (L.), FERRUGLIO (V.), 1990.






    in CLOTTES (J.), DUPORT (L.), FERRUGLIO (V.), 1990.




    Clottes, Duport et Ferruglio ont proposé "d'appeler ce type de signes, jusqu'à présent fort mal dénommés, "signes de type Placard", cette grotte étant non seulement celle où ils sont les plus nombreux, mais la seule où ils sont gravés, c'est à dire très détaillés, et surtout où des éléments archéologiques irréfutables permettent de les dater objectivement, alors qu'auparavant ils n'avaient pu faire l'objet que d'estimation chronologiques variables basées sur l'interprétation stylistique des cavernes quercynoises, interprétations qui d'ailleurs évoluèrent au cours des années. Cette dénomination présente l'avantage de ne préjuger ni de leur signification ni de leur dispersion géographique ni de leur attribution culturelle" (1991).
     
     
     
      

    ►IDENTITÉ AVEC LES SIGNES DE PECH-MERLE ET DE COUGNAC.


    Elle ressort à l'évidence de leur comparaison. Dans tous les cas, nous avons à faire à des signes complexes formés par un axe épais sensiblement horizontal ou rectiligne, prolongé vers le bas à ses extrémités par des appendices qui lui sont perpendiculaires, et présentant un autre appendice, plus ou moins rectangulaire, en son milieu, ce dernier dirigé vers le haut.

      

    Signe du Placard, grotte de PECH-MERLE.





    in CLOTTES (J.), DUPORT (L.), FERRUGLIO (V.), 1990.




    M. Lorblanchet a décrit les signes de type Placard du Quercy comme "un assemblage de rectangles horizontaux et verticaux comprenant 8 angles droits lorsqu'ils sont complets et 12 angles droits s'ils possèdent deux cheminées. Sous une forme diminutive ils peuvent être simplement constitués de 4, 3, 2 ou 1 seul angle droit. On en connait 11 à Cougnac (dont 4 entiers) et 3 à Pech-Merle (dont 1 entier)" (LORBLANCHER M., 1989, Art préhistorique du Quercy, cité par CLOTTES (J.), DUPORT (L.), FERRUGLIO (V.), 1990).

     
     


    ► SIGNES DE TYPE PLACARD DANS LA GROTTE COSQUER.


    En Provence enfin, dans la grotte Cosquer, J. Clottes signale que "deux signes de type Placard ont été découverts. Le plus grand a été fait en trois traits délimitant un corps horizontal, qui se poursuit latéralement par deux appendices plus ou moins perpendiculaires, ouverts à leurs extrémités ; il est surmonté d'un autre appendice, ouvert lui aussi" (CLOTTES, COURTIN, VANRELL, 2005 : Nouvelles recherches à la Grotte Cosquer).











    ► BILAN.





    "Les signes de type Placard prouvent des relations à relativement longue distance et invitent à s'interroger sur les schémas chronologiques proposés en Quercy, ainsi que sur le problème de la plus ou moins grande durée des signes élaborés, sur leur valeur comme marqueurs ethniques, et enfin sur le rôle qui leur était attribué selon qu'ils étaient dessinés dans les grottes profondes ou sur les parois éclairées d'un habitat" (Clottes, Duport, Ferruglio, 1990).
         
    "La spécificité, la rareté et l'originalité des signes de type Placard nous assurent qu'il s'agit bien du même signe que l'on retrouve au Pech-Merle, à Cougnac, au Placard et à Cosquer. On apprend ainsi que les signes peuvent circuler sur de très grandes distances, à l'instar des techniques et des sculptures. Mais sont-ils les produits d'un artiste unique, ou d'une seule tribu, ou d'une même culture ? Son extension est-elle due à la migration de ses créateurs, ou alors fut-il transmis à une tribu par une autre ?" (Thierry Koltes)






    "Les signes de type Placard témoignent de contact, au Solutréen, entre des groupes vivant en Charente, dans le Lot et sur le bord de la Méditerranée".

    CLOTTES, DUPORT, FERRUGLIO, LE GUILLOU, 2010.






    .

      La date/heure actuelle est Ven 15 Déc - 3:40