~ QUELQUES PARCELLES DE PALÉOLITHIQUE ~

Le Solutréen : une culture de chasseurs paléolithiques du dernier maximum glaciaire, il y a 20 000 ans.


    2.2.2. MÉTHODES DE CUISSON.

    Partagez
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1529
    Date d'inscription : 22/09/2015

    2.2.2. MÉTHODES DE CUISSON.

    Message par Danelle le Lun 28 Sep - 20:48

    LES MÉTHODES DE CUISSON DES ALIMENTS.




    • les plus anciens témoignages de l'utilisation du feu,

    • les différents modes possibles de production du feu.



    • les preuves de la cuisson de la viande,

    • les techniques de cuisson possibles au Solutréen.



    Dernière édition par Danelle le Mer 30 Sep - 13:17, édité 1 fois
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1529
    Date d'inscription : 22/09/2015

    Re: 2.2.2. MÉTHODES DE CUISSON.

    Message par Danelle le Lun 28 Sep - 21:16

    OBTENTION DU FEU.






    ► Les plus anciens témoignages de l'utilisation du feu.





    "L'homme ne se différentie réellement de l'animal
    que du jour où il devient maître du feu."


    (Perles, 1977).





    Pendant longtemps, le feu a été considéré comme un attribut indissociable de l'homme, aussi toute trace de feu, même dans les gisements d'hominidés les plus anciens, était tenu pour un acte volontaire humain. Toutefois, il est admis maintenant que les traces de feu retrouvées dans les sites les plus anciens témoignent simplement d’incendies naturels.


    Il semblerait que le feu ait été maîtrisé la première fois en Afrique, par Homo erectus, vers -1,3 millions d'années.


    • En avril 2004, des chercheurs israéliens ont découvert ce qu'ils pensent être la preuve de la domestication du feu par l'homme il y a 790 000 ans : c'est sur le site de Gesher Benot Ya'aqov, en Israël, que des traces de feu ont été retrouvées.
    Graines, bois, silex brûlés semblent prouver l'existence d'un ou plusieurs foyers.
    Les scientifiques demeurent dubitatifs sur le fait que ce foyer ait été véritablement intentionnel. Cependant, d'après C. Gaillard (CNRS), la dissémination des éléments carbonisés écarte la possibilité d'un incendie accidentel.
    En octobre 2008, une nouvelle étude de ce foyer indique que le site a été occupé successivement 12 fois. Les silex brûlés à différentes époques montrent que les différentes générations d'hommes avaient la capacité d'allumer un feu à volonté (Quaternary Sciences Reviews).

    .
    • Aucune trace de feu 'domestique' n'est signalée en Europe avant la glaciation de Mindel (qui a débutée il y a environ -650 000 ans). Le plus ancien foyer européen associé à un sol d'occupation incontestable se trouve dans le gisement de Verstesszölös en Hongrie. Ce gisement est attribué à une période de réchauffement inter-mindelienne. Il a été "daté d'après la faune d'environ 450 000 ans" (Chaline, 2000).
                                       
                                              .          
    • "Après l'Acheuléen ( =1,7 - 0,3 Ma), foyers et autres témoins de l'usage du feu se multiplient, [...] et l'on peut considérer que l'usage du feu est générale dans le monde alors habité" (Perles, 1977).
     
    .

    .
    ► Dès le Paléolithique moyen, la multiplication des foyers dans les gisements archéologiques semble indiquer que l'homme parvient à produire le feu.



    .

    .


    ► Les différents modes possibles de production du feu.



    Il ne reste malheureusement aucun témoignage valable sur les méthodes exactes utilisées au Solutréen pour obtenir du feu. Tout au plus, les données ethnographiques nous permettent-elles de décrire, compte tenu du niveau technologique de l'époque, les méthodes qui ont pu être utilisées, sans avoir pour autant de certitudes sur celles qui ont été effectivement employées.

    .

    .                                          
    • Techniques par percussion.

    .            


    .

    .
    La méthode la plus efficace consiste à frapper une pierre dure (silex, quartzite par exemple) sur une pierre ferrugineuse (telle que la pyrite ou la marcassite).
    Sarauw estime en 1907 que cette technique "a probablement été la première méthode régulière de production du feu" (in Perles, 1977).

    .
    "Les fragments détachés et portés à incandescence [...] sont projetés sur un matériau facilement inflammable : étoupe, amadou, feuilles sèches, copeaux, etc... D'autres matériaux, de combustion plus durable, seront à leur tour enflammés par le premier : bois, os, charbon, tourbe ou autre" (Perles, 1977).

    .

    .

    .

    .

    .

    • Techniques par friction.




    Ces techniques regroupent un grand nombre de méthodes consistant à frotter un morceau de bois sur un autre, en général plus dur. Le frottement des deux pièces de bois entraîne la formation de sciure et un dégagement de chaleur utilisée pour enflammer la sciure, puis les mêmes matériaux que dans les techniques par percussion : bois, os, tourbe...

    .

    .
    Différentes méthodes pour obtenir du feu par friction (données ethnographiques) :



    in Préhistoire du feu, Perlès, 1977.
      




     
       
    Toutes ces méthodes sont techniquement parfaitement accessibles au Solutréen.





    Dernière édition par Danelle le Sam 7 Nov - 19:41, édité 4 fois
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1529
    Date d'inscription : 22/09/2015

    Re: 2.2.2. MÉTHODES DE CUISSON.

    Message par Danelle le Lun 28 Sep - 22:01

    LES DIFFÉRENTS TYPES DE FOYERS.





    Dans l'habitat solutréen, le foyer est un espace plus ou moins bien délimité où l'on fait et où l'on entretient du feu. Lors des fouilles, on retrouve des traces cendreuses ou charbonneuses, entourées ou non par des pierres, et comprenant souvent des restes osseux ou lithiques.
     
       

     
    "Au Paléolithique, le foyer est une structure maîtresse dans l'organisation de l'espace habité des groupes de chasseurs-collecteurs. Source de chaleur et de lumière, autours de lui s'organisent diverses activités domestiques : préparation et cuisson des aliments, fabrication d'outils en os ou en bois de cervidés, taille de silex ...
    Plus ou moins organisés, les foyers sont pour le préhistorien des milieux privilégiés pour la conservation de certaines matières organiques dont la nature peut nous renseigner sur les choix opérés par les Paléolithiques en terme de combustible, sur les techniques de cuisson et sur les pratiques culinaires ...
    Plus généralement, l'étude des foyers participe à la définition de l'identité sociale des groupes humains qui les ont produits."
    (Primault J., Lucquin A., Les foyers au Paléolithique : une histoire des pratiques culinaires, in Buisson-Catil et Primault, 2010).




    Ces foyers présentent des types variés :

    ► simples et sans aménagement du sol,

    ► en cuvette,

    ► entourés de pierres ou d'un bourrelet de terre,

    ► voir sur des dallages en pierres.


    Foyer creusé en cuvette avec revêtement en terre :
                   


                 
    Foyer creusé avec bordure en terre :
                 


                     
    Foyer creusé en fosse avec revêtement en pierres :
                         





    Dans les sites solutréens charentais, différents foyers ont été retrouvés :

    → des foyers simples, sans cuvette, ont été trouvés au Roc-de-Sers, en particulier dans la couche inférieure de l'atelier où se trouve un foyer important sans fosse ni cuvette, d'une superficie de 16 m², "sans doute le foyer domestique de l'habitation" (Tymula, 1999).

    → certains foyers sont aménagés, comme un de ceux retrouvés au Placard : il est constitué d'une fosse oblongue de 35 cm de profondeur, aux parois obliques et régulières (Clottes et al., 1993).

    → dans l'abri André Ragout, Balout décrit une "zone de foyer bien délimitée, avec un creux nettement marqué" (1985). Il note également dans ce foyer la présence de très nombreux quartz.

    Préhistoire du feu, Perlès, 1977.


    Dernière édition par Danelle le Dim 8 Nov - 19:49, édité 3 fois
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1529
    Date d'inscription : 22/09/2015

    Re: 2.2.2. MÉTHODES DE CUISSON.

    Message par Danelle le Lun 28 Sep - 22:23

    LES TECHNIQUES DE CUISSON.





    ► Les preuves de la cuisson de la viande.


    Le fait de retrouver des os ou des fragments d'os brûlés, comme cela est le cas dans la plupart des sites solutréens charentais, ne constitue pas la preuve qu'ils ont été cuits intentionnellement avant la consommation de la viande.

    Cependant, différents témoignages concordants existent et permettent de supposer que les hommes du Paléolithique cuisaient leur viande.
      
       
    → Par exemple, les archéologues supposent que les os longs étaient cassés pour permettre la récupération de la moelle. Sur les sites du Paléolithique supérieur, de nombreux os ont la diaphyse fendue transversalement. Or Coon a démontré en 1955 qu'il est très difficile d'extraire la moelle de cette façon, sauf si l'os est chauffé, la chaleur faisant fondre la moelle.
       
    → Un autre indice de la cuisson des aliments se retrouve dans l'étude de la dentition.
    Des chercheurs de l'Université de Harvard ont comparé, dans une étude publiée en août 2011, la taille des molaires de plusieurs grands singes et celles d'hominidés.
    Leur étude a montré, chez les hominidés à partir de 1,9 millions d'années, avec Homo erectus, une diminution progressive de la taille des molaires.

    Les scientifiques pensent que la cuisson des aliments explique les changements dans la taille de la dentition. Lorsqu'ils ont commencé à faire cuire leurs aliments, les hominidés n'ont plus eu besoin de molaires aussi larges, ou de passer autant de temps à mastiquer pour ingérer assez de calories. Ainsi, avec la cuisson des aliments, les larges molaires de nos ancêtres ont disparu pour laisser la place de plus petites molaires.
     
       
       
       
    Les indices de la consommation de la viande cuite paraissent suffisants à Perlès pour que l'on puisse poser le problème : "comment les hommes préhistoriques, compte-tenu des moyens techniques dont ils disposaient, pouvaient-ils cuire leurs aliments ?" (1977).





    ► Les techniques de cuisson possibles au Solutréen.



    Les vestiges disponibles actuellement ne constituent pas de véritables preuves de l'utilisation de telle ou telle méthode de cuisson.
    Là encore, il faut se contenter d'hypothèses.



    • Cuisson directe.


    Les méthodes de cuisson directes sont celles ne faisant intervenir aucun élément intermédiaire entre l'aliment et la source de chaleur ; c'est la source de chaleur elle-même qui varie (flammes, cendres ou pierres chauffées).
     
     
       
    La cuisson sur braises est la plus simple à imaginer et c'est la première qui vienne à l'esprit lorsqu'on cherche les techniques utilisables au Paléolithique. Malheureusement, cette technique ne laisse aucune trace archéologique.
     
       


     
    Le rôtissage peut expliquer la découverte d'os longs dont les deux extrémités sont brûlées mais pas la diaphyse.

    Pour Perlès (1977), "on peut faire rôtir un aliment en utilisant des baguettes de bois vert ; de fait, le bois vert brûle moins vite que la viande, et ce d'autant plus qu'il est isolé de la chaleur sur toute la partie où est enfilée la viande ou tout autre aliment. Ces broches ou brochettes doivent être surélevées par rapport au foyer, soit à l'une de ses extrémités (broche plantée obliquement), soit aux deux bouts (broche posée plus ou moins horizontalement au-dessus du foyer). Les supports sur lesquels repose la broche pouvaient être constitués de bois, de pierre ou d'os".
       
     


     
    Les grillades devaient être très faciles à réalisées en posant la viande sur des pierres chauffées dans les foyers.

    Ainsi dans la zone dite Galerie Louis Duport (GLD) du Placard, au milieu d'un foyer en cuvette peu profond de 60 cm de diamètre, les archéologues ont deux grosses pierres fracturées en position légèrement oblique. "Elles furent posées sur un feu encore vif, soit pour l'éteindre [peu probable], soit pour faire chauffer des aliments" (Clotte et al., 1993).
    Cependant, bien que les pierres chauffées soient nombreuses dans les gisements paléolithiques, et notamment dans les sites solutréens de Charente, leurs utilisations possibles sont très nombreuses.
       
     
       
    La cuisson dans la cendre chaude est très simple à réaliser, aussi est-il probable qu'elle a été utilisée, bien que là encore, aucune trace archéologique ne subsiste.
     
       
       
    La cuisson à l'étouffée dans des amoncellements de pierres chauffées était également possible.




    • Cuisson indirecte.


    Dans les modes de cuisson indirectes, un élément de nature variée (peau, bois, terre ou eau) est interposé entre l'aliment à cuire et la source de chaleur.
     
     
    La cuisson bouillie par pierres chauffées était réalisable en jetant des pierres brûlantes dans de l'eau contenue dans un récipient en bois ou en peau, voir dans des fosses creusées dans la terre et tapissées de pierres.
       
    Dès 1907, Rutot pense que les nombreuses pierres chauffées retrouvées autours des foyers paléolithiques pouvaient avoir étaient utilisées pour faire bouillir des liquides.
    Différentes expérimentations ont démontré l'efficacité de cette technique (par exemple O'Kelly en 1964, Leroi-Gourhan et Brezillon en 1972).

       
    La cuisson bouillie sur le feu est également à envisager malgré l'absence de poteries ou de métaux. Il est en effet possible d'utiliser des récipients en écorce (certaines essences végétales transmettent la chaleur sans se carboniser immédiatement), mais aussi en peaux ou en membranes animales.
         
    Hérodote rapporte que les Scytes faisaient bouillir la viande dans l'estomac de leurs proies. Ce même procédé semble avoir été répandu aussi en Amérique du Nord (in Perlès, 1977).
     
       


     
    La cuisson par enrobage d'argile était elle aussi réalisable. "Aucun indice véritable de l'utilisation de cette méthode n'a été trouvée au Paléolithique, bien que l'on puisse parfois se poser la question en considérant l'abondance des fragments de terre cuite à l'intérieur de la masse de combustion d'un foyer" (Perlès, 1977).
     
     
    Un certains nombre d'indices paraissent "témoigner de l'utilisation de fours primitifs dès le Paléolithique supérieur, mais sans donner de preuves véritables" (Ibid.).





    Il convient d'ajouter ici que compte-tenu de leur niveau technique, les hommes paléolithiques pouvaient utiliser d'autres méthodes qui échappent sans doute à notre imagination ainsi qu'aux recherches archéologiques.
    Perlès se tourne à titre d'exemple vers l'ethnologie, "non pas pour affirmer une similitude réelle avec des faits historiques, mais pour illustrer l'originalité de certaines méthodes de cuisson indirecte, parfaitement réalisables à l'époque préhistorique, et que les fouilles ne peuvent espérer mettre en évidence".
    Le mode de cuisson qui suit est particulièrement répandu en Mongolie et s'applique à la cuisson des moutons et des marmottes :
     


        "En premier lieu, la tête de l'animal est tranchée, puis tous les ossements, la chaires et les viscères sont extraits par l'ouverture ainsi pratiquée. Seuls restent dans la peau les os des extrémités inférieures des membres. Pendant cette opération, qui durent plusieurs heures car il ne faut en aucun cas que la peau de l'animal se déchire, des pierres sont mises à chauffer dans un foyer. Une fois que les pierres sont brûlantes et que la peau est vidée, celle-ci est remplie alternativement de viande (entre-temps coupée en petits morceaux) et de pierres chauffées. La peau est complètement bourrée et refermée hermétiquement en cousant l'ouverture faite par le sectionnement de la tête ; l'ensemble est alors laissé à cuire 1h30 à 2 heures, par la seule chaleur dégagée par les pierres à l'intérieur de la peau. Il suffit ensuite de fendre l'animal au niveau du ventre, et la viande est prête à la consommation" (Perlès, 1977).





    ► BILAN.



    Ainsi, le nombre de procédés envisageables est très grand, chaque type pouvant présenter de multiples variantes en fonction des aliments, des ressources locales et des traditions culturelles.
    "Paradoxalement, en face de cette multiplicité des possibilités théoriques, l'archéologue est pratiquement privé de toute certitude en ce qui concerne la réalité des faits. Aucun mode de cuisson ne peut, à l'heure actuelle, être prouvé. Tout au plus certains sont-ils très vraisemblables, comme la cuisson simple grillée, d'autres probables comme la cuisson bouillie par pierres chauffées" (Ibid.)


    Dernière édition par Danelle le Dim 8 Nov - 22:05, édité 7 fois
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1529
    Date d'inscription : 22/09/2015

    Re: 2.2.2. MÉTHODES DE CUISSON.

    Message par Danelle le Lun 28 Sep - 22:32

    IMPORTANCE ET IMPLICATIONS DE LA CUISSON DES ALIMENTS.



    Bien que les implications de la cuisson des aliments ne concernent pas la période solutréenne (cette pratique étant apparue nettement plus tôt dans l'histoire de l'humanité), il est intéressant d'en noter brièvement les implications.




    Coon estime que l'ingestion de nourriture cuite a pu avoir une influence importante sur le développement de l'homme, par l'économie de mastication, l'amélioration de la digestion, et l'augmentation de la valeur nutritive des aliments.
    "Mais il est un domaine où nous pouvons être certain que l'introduction de la cuisson des aliments a eu des conséquences réelles : l'organisation du cycle des activités quotidiennes. En effet, la cuisson entraîne nécessairement une importante dépense de temps : temps d'approvisionnement en combustible / temps de préparation du foyer / temps de préparation des aliments / temps de cuisson proprement dite. L'organisation des activités du groupe est donc modifiée.
    De plus, il est probable qu'à ce niveau apparaît une spécialisation des membres du groupe, certains étant plus particulièrement préposés à ces tâches" (Perlès, 1977).


    Préhistoire du feu, Perlès, 1977.
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1529
    Date d'inscription : 22/09/2015

    Re: 2.2.2. MÉTHODES DE CUISSON.

    Message par Danelle le Mar 5 Avr - 12:43


    Contenu sponsorisé

    Re: 2.2.2. MÉTHODES DE CUISSON.

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 15 Déc - 9:05