~ QUELQUES PARCELLES DE PALÉOLITHIQUE ~

Le Solutréen : une culture de chasseurs paléolithiques du dernier maximum glaciaire, il y a 20 000 ans.


    3.3.2. LES LIGAMENTS, LES TENDONS, LES CRINS.

    Partagez
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1523
    Date d'inscription : 22/09/2015

    3.3.2. LES LIGAMENTS, LES TENDONS, LES CRINS.

    Message par Danelle le Mer 7 Oct - 13:44

    LES LIGAMENTS, LES TENDONS, LES CRINS.



    Ces éléments pouvaient servir à la confection de cordes ou de fils, aux utilisations possibles variées : habillement, habitat, fabrication d'arc...



    ► Traditionnellement, chez les Inuit, les fils ("ivalu") sont obtenus à partir des fibres tendineuses qui longent la colonne vertébrale du caribou et des mammifères marins : une fois sèches, elles sont séparées pour confectionner un fil à coudre très résistant.
       
       
    Fibres animales.
    De gauche à droite : tendon de dos de bison, tendon de patte de cerf, tendons partiellement et totalement préparés.
    Source : Les chercheurs de la Wallonie, Centre d’Étude des Techniques et de Recherche Expérimentale en Préhistoire.



    Les exemplaires de cordes paléolithiques retrouvés sont très rares, en raison des difficultés de conservation.

    M. l'Abbée Glory en a retrouvé une, en fibres végétales, dans un bloc de tourbe solidifiée dans le sol, près du puits de la Galerie des Félins dans la grotte de Lascaud (Dordogne). Ces fragments représentent en tout une longueur de 30 cm, pour un diamètre de 7 à 8 mm. Il s'agit du "plus ancien reste de corde torsadée retrouvé dans le monde et [du] premier objet tressé recueilli au Paléolithique supérieur" (Glory, Compte-rendus des séances de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, 1955, vol.99). Elle était réalisée selon une technique de torsion : "les fibres sont regroupées parallèlement et tordues ensembles de manière à former des fils qui sont retordus ensemble formant ainsi la corde" (C. Lepers).

    Cependant, l'utilisation des cordes pourrait être plus ancienne : des chercheurs ont découverts en 2009 de minuscules fibres de lin, à Dzudzuana en Géorgie, qui dateraient de 30 000 ans. Plusieurs portent des traces de torsion, et l'une d'elle semble avoir été nouée. Ces fibres pourraient avoir servi à la confection de fils et de cordes, voir même de tissus (Kvavadze, 30,000-Year-Old Wild Flax Fibers, Science, 11/09/2009, Vol. 325).
     


    FABRICATION EXPÉRIMENTALE DE CORDES A PARTIR DE CRINS, par Christian Lepers, du CETREP (Belgique).


    Fabrication de cordes par tressage.

    "Une tresse est un assemblage de paquets de fibres (au moins trois) selon un schéma répétitif. Les différentes mèches de fibres passent alternativement au-dessus ou au-dessous des autres."

    On peut penser que cette forme de cordes n'était pas la plus courante au Paléolithique. En effet, il s'agit d'un travail plutôt délicat dès que l'on augmente le nombre de fibres de départ (à l'usage, on constate aussi qu'il est plus aisé et plus rapide de faire un retors qu'une tresse), d'autre part,  "de nombreux exemplaires de cordes et ficelles exhumées en milieu anaérobie (les pallaffites par exemple) témoignent de la connaissance des techniques de torsion".
     
     
     
    Fabrication de cordes par torsion.

    La torsion permet de mettre les différentes fibres en contact et de mieux répartir les tensions exercées aux extrémités, augmentant ainsi la résistance mécanique de l'ensemble.


    Dans un premier temps, les fibres sont rassemblées en faisceau, puis tordues pour obtenir un fil appelé toron. Pour cela, il faut tordre les deux extrémités de la mèche de fibres dans des sens opposés.
    Toutefois, cette torsion n'est pas définitive, et si l'on relâche la tension sur les extrémités, le fil ainsi obtenu se détordra.
       

    Toron.



    • Le point de départ de la corde peut être réalisé de deux manières :

    - avec une seule mèche de fibres : on tord les deux extrémités de la mèche en sens inverse ; au bout d'un moment, le toron ainsi formé se replie spontanément en deux et on obtient deux torons torsadés dans le même sens. Les deux torons ensembles sont aussi vrillés entre eux mais dans les sens opposés aux fibres de chaque toron.
            



    - avec deux mèches de fibres : deux paquets de fibres sensiblement identiques sont reliés par un nœud, puis les paquets sont torsadés dans un sens et croisés en sens inverse.
         


    - Dans les deux cas, ce sont ces deux torsions contradictoires (torsion fibres formant le toron ≠  torsion torons entre eux) qui vont donner à la corde sa tenue. On obtient alors ce que l'on appelle le retors.




    • Il est possible, pour obtenir des cordes de plus gros diamètre, de retordre des retors, en ajoutant un toron, à la seule condition de respecter l'alternance des sens de torsion.

     


    • On peut rajouter des fibres en cours de réalisation pour rallonger la corde jusqu'à obtenir la longueur souhaitée.

     




    "Même si les cordes font parties des grands absents de l'archéologie, on peut penser qu'elles étaient présentes dans la vie de tous les jours de nos ancêtres et
    qu'ils avaient de multiples occasions de s'en servir
    "
    (Christian Lepers).
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1523
    Date d'inscription : 22/09/2015

    Re: 3.3.2. LES LIGAMENTS, LES TENDONS, LES CRINS.

    Message par Danelle le Mar 5 Avr - 15:13


      La date/heure actuelle est Jeu 19 Oct - 5:38