~ QUELQUES PARCELLES DE PALÉOLITHIQUE ~

Le Solutréen : une culture de chasseurs paléolithiques du dernier maximum glaciaire, il y a 20 000 ans.


    GÉNÉRALITÉS SUR LA PARURE PALÉOLITHIQUE.

    Partagez
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1523
    Date d'inscription : 22/09/2015

    GÉNÉRALITÉS SUR LA PARURE PALÉOLITHIQUE.

    Message par Danelle le Jeu 8 Oct - 13:44

    GÉNÉRALITÉS SUR LA PARURE PALÉOLITHIQUE.





    La parure, "ces objets distinctifs permettant à la personnalité humaine individuelle et aux groupes se s'affirmer" (Chaline, 2000).




    Sous le terme « parure », on regroupera les "petits objets solides qui s’adaptent à d’autres matériaux auxquels ils sont attachés ou suspendus :
    cette définition inclurait les pendentifs, les amulettes et théoriquement n’importe quelle catégorie de petits objets à suspendre.



    Bien que nous fassions référence aux perles en tant que parures corporelles, cela ne suppose pas nécessairement qu’elles soient exposées à même le corps. Conformément à ce que l’on observe dans les sociétés modernes, il est probable que les perles du Paléolithique étaient très souvent attachées aux vêtements ou à d’autres éléments mobiles qui eux, malheureusement, n’ont pas survécu au temps" (Steven L. Kuhn, Mary C. Stiner, Les parures au paléolithique : enjeux cognitifs, démographiques et identitaires, 2006, in Diogène, n°214).
     
     
     
     
     







    Dernière édition par Danelle le Dim 8 Nov - 13:18, édité 3 fois
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1523
    Date d'inscription : 22/09/2015

    Re: GÉNÉRALITÉS SUR LA PARURE PALÉOLITHIQUE.

    Message par Danelle le Dim 11 Oct - 7:43

    ► Signification de la parure.



    La parure est un signe destiné à communiquer une information, c'est un langage muet utilisé dans toutes les sociétés.


    Pour Chaline (2000), "il est vraisemblable que les hommes et les femmes [paléolithiques] devaient porter des signes distinctifs d'appartenance au groupe, comme des baguettes d'os traversant le nez, les oreilles et déformant certaines parties du visage, pratiques courantes chez les chasseurs-cueilleurs contemporains. Lorsqu'ils avaient accompli les tâches indispensables, on imagine aussi ces hommes fabriquant des amulettes, des breloques ou des colliers en métal rare, soit pour renforcer leur prestige, soit pour embellir leurs compagnes".

    Cependant, "la signification de l'objet de parure doit être connue par celui qui le porte et par ceux qui le voient ; le sens mis dans l'objet a une origine sociale : l'objet de parure est donc par excellence un objet chargé de valeur culturelle" (Taborin, 1992). Ainsi, "l'objet de parure a pour fonction de provoquer le rayonnement personnel de celui qui le porte et que l'on suppose destiné à être compris par les autres membres du groupe" (Taborin, Langage sans parole, 2004).
    La difficultés et le soin apporté au percement de certains éléments "suggèrent l'importance du rôle social de l'ornementation corporelle" (Leroi-Gourhan, 1988).



         Fatalement, la signification sociale de ces objets chez un peuple disparu et sans écriture nous échappe donc totalement...





    De tous temps, le corps a été le support privilégié de la parure, même s'il est loin d'être le seul. Les parties "les plus en vue et les plus propices à l'enfilage", donc les plus ornées, sont la tête, le cou, la poitrine et les poignets (ibid.).


    Dans le cadre de la parure corporelle, l'animal est présent à la fois comme source d'inspiration ou comme symbole, mais aussi sous forme de matière première.




    in Taborin, Langage sans parole, 2004.


    Dernière édition par Danelle le Dim 8 Nov - 13:21, édité 2 fois
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1523
    Date d'inscription : 22/09/2015

    Re: GÉNÉRALITÉS SUR LA PARURE PALÉOLITHIQUE.

    Message par Danelle le Dim 11 Oct - 7:55

    ► Connaissance des parures paléolithiques.




    • Les indices concernant la parure paléolithique se présentent à l'archéologue sous deux formes principales : ils sont découverts

    → soit dans les habitats, notamment aux alentours des foyers : il s'agit alors d'objets inachevés ou d'éléments perdus ;

    → soit en place sur les corps inhumés.




    Les éléments de parure perdus sont retrouvés dans les habitations. "Pour la plupart, ils ont été perdu au gré des mouvements effectués par ceux qui les portaient" (Taborin, 2004). La perte de l'objet de parure pouvait être consécutive à la cassure de l'attache individuelle des parure, ou, plus souvent d'après Taborin, à la cassure du fil de suspension. "Cette hypothèse du fil qui cédait est conforté par l'apparence assez souvent intacte des perforations de chaque objet" (Ibid.).
    Ainsi, ces éléments de parures sont retrouvés éparpillés, et il est donc difficile de proposer une "définition de la composition d'une parure corporelle, [et encore plus] le choix des parties du corps à orner" (Ibid.).




    Cependant, si l'étude des corps retrouvés dans les sépultures apportent des renseignements sur la composition des parures et le choix des parties du corps à orner, Taborin (2004) en souligne les limites.

    On note, dans tous les cas, que les objets de parure retrouvés dans des sépultures portent des traces d'usure : ils ont donc été portés avant d'être laissés dans la tombe avec le corps du défunt. Toutefois, les objets de parure les plus rares ou les plus symboliques sont intéressants à conserver pour la famille. "Dans toutes les cultures, les objets qui ont demandé beaucoup d'efforts de fabrication, et qui, de surcroît, sont marqués par un symbole fort que chacun reconnait comme une marque de sa culture, sont conservés par les vivants" (Taborin, 2004).
         
    On peut néanmoins supposer que les parures retrouvées sur les corps dans les sépultures étaient bien les parures personnelles du défunt, diminuées des objets les plus symboliques ou les plus précieux, qui étaient conservés par les vivants.
    Reconstitutions de vêtements avec parures en perles, Sungir, par Libor Balàk.
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1523
    Date d'inscription : 22/09/2015

    Re: GÉNÉRALITÉS SUR LA PARURE PALÉOLITHIQUE.

    Message par Danelle le Dim 11 Oct - 8:13

    ► Nature des parures.



    Des matériaux d'origines très diverses pouvaient être utilisés :
    os, ivoire, roches, mais aussi bien sûr tous les matériaux périssables qui ne nous sont pas parvenus : fleurs, plumes, cuir, écorces...
       
         
    Arcy-sur-cure : parure du Chatelperroniern attribuée à Néandertal.
    Parure réalisée à partir de dents d'animaux et d'ivoire.
    L'une des première parures connues en France, sinon la première : elle est datée de – 35 000 ans.
    in Taborin, 2004.


    Les plus anciennes parures retrouvées datent de l'Aurignacien. Elles ont été retrouvées dans la grotte des Pigeons, au Maroc. Il s'agit de coquilles de mollusques perforées qui ont été datées de -82 000 ans.
     
     



    ► Voir l'article plus détaillé "Découverte de parure parmi les plus anciennes au monde" sur le site cnrs.fr.




    .


    Dernière édition par Danelle le Mar 5 Avr - 22:11, édité 1 fois
    avatar
    Danelle
    Admin

    Messages : 1523
    Date d'inscription : 22/09/2015

    Re: GÉNÉRALITÉS SUR LA PARURE PALÉOLITHIQUE.

    Message par Danelle le Mar 5 Avr - 22:08


    Contenu sponsorisé

    Re: GÉNÉRALITÉS SUR LA PARURE PALÉOLITHIQUE.

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 19 Oct - 5:40